Pauvre capital…

Tapies dans les recoins de mes savoirs, quelques croyances tenaces encore, continuent à être démasquées à la lumière de nouvelles réalités que je perçois…

Il en est une qui me fait beaucoup sourire…

A l’école de la vie économique, j’ai appris à faire l’éloge du capital et de toutes formes d’immobilisation. A l’école de la vie intérieure, j’apprends que la vie circule et danse sans rien retenir…

Pauvre capital… : à être immobilisé comme il est, allongé sur ses « lit-asses » de billets, cloué par la pointe de ses propres intérêts, à force d’être trop loué… Et menacé de peine capitale : la décapitation de ceux à qui il a fait perdre la tête par ceux qui ont perdu l’espoir…

capital

Avec beaucoup de tendresse, je lui rendrai visite dans sa chambre inhospitalière, et lui conterai  -sans compter-  les délices d’une vie qui ne fait que donner dans l’abon-danse…

abondance

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Emmanuelle dit :

    Avec humour et poésie – comme toujours !- c’est si vrai…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s